Un stage de sensibilisation à la sécurité routière réunit dans la majorité des cas 6 à 20 personnes Les deux jours de formation sont essentiellement consacrés à des échanges et des réflexions de groupe avec les participants animés par un formateur titulaire d’un BAFM (Brevet d’Aptitude à la Formation des Moniteurs Auto-école) et un psychologue ayant reçu une formation spécifique dispensée par l’Institut National de Sécurité Routière et de Recherches (INSERR).

Le formateur étudie avec les participants des cas d’accidents de la route, les lois physiques et leurs influences sur les véhicules, etc. Le psychologue, pour ce qui le concerne, s’occupe d’aider les participants à prendre conscience des comportements à risques et des conséquences qu’elles induisent. Un questionnaire d’auto-évaluation qui n’est pas un examen peut mettre fin à la formation. Qu’il soit volontaire (cas n°1) ou obligatoire (cas n°2 à 4), le stage de sensibilisation à la sécurité routière a le même contenu.

En France, plusieurs centres proposent des stages de sensibilisation à la sécurité routière. Le choix du centre est à la discrétion du conducteur. Il faut juste que la structure de formation choisie soit agréée par la préfecture du département dans lequel il vit. Par contre, il peut arriver que la justice impose un centre spécifique pour suivre le stage dans le cadre des 3ème et 4ème cas de stage. Le coût d’un stage de sensibilisation à la sécurité routière peut varier entre 100 et 280 euros.

Que faire après le stage après le stage de sensibilisation à la sécurité routière ?

À l’issue du stage, le participant qui a suivi l’intégralité de la formation reçoit une attestation de stage. Dans le même temps, le centre ayant assuré le stage transmet dans un délai de 15 jours l’attestation au service compétent en vue de sa prise en compte. La reconstitution du capital du titre de conduite prend effet partir du moment où le service enregistre l’attestation de stage.

Un courrier recommandé adressé à domicile ou un mail est envoyé pour informer le conducteur de la reconstitution du solde de son permis. Lorsqu’il s’agit d’un stage imposé par une décision de justice, c’est à l’automobiliste d’adresser l’attestation à l’autorité judiciaire concerné.

Dans le cas n°2, le jeune conducteur

Déroulement d’un stage de sensibilisation à la sécurité routière

Un stage de sensibilisation à la sécurité routière réunit dans la majorité des cas 6 à 20 personnes Les deux jours de formation sont essentiellement consacrés à des échanges et des réflexions de groupe avec les participants animés par un formateur titulaire d’un BAFM (Brevet d’Aptitude à la Formation des Moniteurs Auto-école) et un psychologue ayant reçu une formation spécifique dispensée par l’Institut National de Sécurité Routière et de Recherches (INSERR).

Le formateur étudie avec les participants des cas d’accidents de la route, les lois physiques et leurs influences sur les véhicules, etc. Le psychologue, pour ce qui le concerne, s’occupe d’aider les participants à prendre conscience des comportements à risques et des conséquences qu’elles induisent. Un questionnaire d’auto-évaluation qui n’est pas un examen peut mettre fin à la formation. Qu’il soit volontaire (cas n°1) ou obligatoire (cas n°2 à 4), le stage de sensibilisation à la sécurité routière a le même contenu.

En France, plusieurs centres proposent des stages de sensibilisation à la sécurité routière. Le choix du centre est à la discrétion du conducteur. Il faut juste que la structure de formation choisie soit agréée par la préfecture du département dans lequel il vit. Par contre, il peut arriver que la justice impose un centre spécifique pour suivre le stage dans le cadre des 3ème et 4ème cas de stage. Le coût d’un stage de sensibilisation à la sécurité routière peut varier entre 100 et 280 euros.

Que faire après le stage après le stage de sensibilisation à la sécurité routière ?

À l’issue du stage, le participant qui a suivi l’intégralité de la formation reçoit une attestation de stage. Dans le même temps, le centre ayant assuré le stage transmet dans un délai de 15 jours l’attestation au service compétent en vue de sa prise en compte. La reconstitution du capital du titre de conduite prend effet partir du moment où le service enregistre l’attestation de stage.

Un courrier recommandé adressé à domicile ou un mail est envoyé pour informer le conducteur de la reconstitution du solde de son permis. Lorsqu’il s’agit d’un stage imposé par une décision de justice, c’est à l’automobiliste d’adresser l’attestation à l’autorité judiciaire concerné.

Dans le cas n°2, le jeune conducteur peut demander à être remboursé de l’amende forfaitaire payée pour la contravention ayant engendré la participation au stage. Pour ce, il lui faut adresser au Trésor public dans un délai de 15 jours une demande de remboursement à laquelle il joint l’attestation de stage.

peut demander à être remboursé de l’amende forfaitaire payée pour la contravention ayant engendré la participation au stage. Pour ce, il lui faut adresser au Trésor public dans un délai de 15 jours une demande de remboursement à laquelle il joint l’attestation de stage.